ifran-ntaska-01.jpg

En 1995, cinq abris peints furent découverts au lieu-dit Ifran n’Taska dans le jebel Bani. En 1998, une mission de reconnaissance par le Parc National du Patrimoine Rupestre, formée de Abdellah Salih, Aïcha Oujaa, Renate Heckendorf et Michèle Conenna, se rendit sur place pour constater l’intérêt du site.

Les cavités sont situées à environ 1075 mètres d’altitude dans une petite feïja intérieure du jebel Bani, traversée d’Ouest en Est par le cours supérieur de l’oued Lmahsar et par un sentier. Elles s’ouvrent dans le versant de montagne exposé au Nord, sur la rive droite de l’oued, à environ 200 m au sud-est du puits Hassi n’Taska.
L’état de conservation des peintures est inégal. Les difficultés de lecture sont dues à la fois aux superpositions et à la détérioration avancée de certains dessins, ainsi qu’aux dépôts de noir de fumée causés par les foyers entretenus sous les auvents et, à la suite de résurgences de calcites, à la formation de concrétions blanches sur les parois et aux plafonds. La description des abris peints d’Ifran n’Taska s’effectue d’Est en Ouest.

Ifran_taska__2.jpg

ifran_taska_1.jpg

ifran-ntaska-02.jpg

ifran-ntaska-03.jpg

ifran-ntaska-04.jpg

ifran-ntaska-05.jpg

ifran-ntaska-06.jpg

ifran-ntaska-07.jpg

ifran-ntaska-08.jpg

ifran-ntaska-10.jpg

ifran_taska_.jpg

ifran_taska_5.jpg

ifran_taska_3.jpg

ifran_taska_4.jpg

ifran_taska_6.jpg

Imprimer

Le site A se présente sous forme d’une petite cavité étroite, constituée de trois énormes blocs détachés de la falaise qui forment un toit triangulaire au-dessus d’un sol rocheux. De par sa forme, elle offre trois ouvertures. L’entrée nord mesure environ 3 mètres de large sur 0,70 de haut; les peintures se trouvent près de l’entrée. La couleur naturelle du support est d’un brun gris ou rouge gris blanchâtre, par endroits couvert de taches de couleur gris foncé ou noir. Les teintes des peintures sont rouge gris, rouge violacé clair ou sombre, brun orangé et blanc. A côté de pointillés et de lignes, des motifs géométriques, une inscription en caractère de type libyco-berbère de 12 ou 13 signes, et plusieurs figures de cavaliers sont à noter. Pour la majorité des cavaliers, il s’agit de dessins schématiques, le cheval étant représenté de profil, mais avec les quatre membres et les deux oreilles, et l’anthropomorphe de face, parfois avec un bouclier rond dans une main et d’autres attributs dans l’autre. Deux figures zoomorphes se distinguent par le souci du détail : la représentation de la forme du profil droit d’un cheval, à moitié conservée, accentue les caractéristiques de la tête, du poitrail, et de la crinière. A côté, la partie supérieure conservée de la figuration du profil droit d’une girafe montre les petites cornes et les oreilles.

Le site B est un véritable abri sous-roches qui mesure 27 mètres de long, 5 de large et 2,80 de haut. Dans le cadre de sa réutilisation comme azib (bergerie) par des nomades, plusieurs murettes en pierre sèche furent successivement aménagées le long de l’auvent. Au pied extérieur de l’enclos, on a trouvé des ossements d’animaux, du minerai vert et des scories. Le tiers nord-ouest du plafond est totalement noirci par une couche de suie. Sur le reste de cette surface, inclinée de cinq degrés, et de couleur brun gris ou rouge gris blanchâtre, des peintures rupestres sont visibles. La teinte des figures est principalement rouge gris clair, rouge violacé ou rouge violacé sombre, et brun orangé. Des pointillés et des lignes, probablement effectuées du doigt, sont le motif dominant. Il y a aussi des figurations géométriques. Les vestiges de dessins anthropomorphes sont à peine visibles. Parmi les zoomorphes, on distingue la forme du profil gauche d’un boviné, représenté avec les quatre membres, et le dessin schématique du profil droit d’un équidé.

Le site C est un auvent mesurant 10 mètres de haut, 3,40 de large et 4 de haut. A la base de la saillie subsistent les vestiges d’un enclos en pierre sèche. Les peintures rupestres occupent une partie du plafond qui est incliné de vingt degrés. La roche est de couleur brun gris et rouge gris clair. Les teintes des dessins sont assez variées. On y distingue du blanc, du gris, du brun orangé, par endroit sombre, et du rouge violacé sombre. La composition est dominée par de nombreux pointillés, parfois disposés en alignements ou en lignes parallèles. Outre plusieurs motifs géométriques, il y a une inscription en caractère de type libyco-berbère. Plusieurs dessins schématiques d’anthropomorphes représentés de face sont à noter. Parmi les représentations zoomorphes, on distingue le contour du profil droit d’un équidé ou d’un bovidé, le dessin schématique du profil gauche d’un oiseau et la forme du profil droit d’un oryctérope (Orycteropus afer) avec les deux oreilles et les quatre membres dessinés.

Le site D, un abri, également aménagé en enclos, mesure 9 mètres de long, 2 de large et 1,50 de haut. Les dessins sont limités à la partie nord-ouest du plafond qui est de couleur brun gris ou rouge gris clair, et incliné de 24 degrés. Les peintures, notamment des pointillés, sont de couleur rouge violacé.

Le site E, dernière station aménagée aussi en azib, mesure 11 mètres de long, 4 de large, et 1,60 de haut. Les peintures, surtout des pointillés de couleur rouge violacé sombre, occupent la partie est du plafond qui présente les mêmes couleurs que le précédent et dont l’inclinaison est de 20 degrés.

En grande partie d’après l’étude de Renate Heckendorf et d’Abdellah Salih : Les peintures rupestres du Maroc : état des connaissances. Beiträge zur Allgemeinen und vergleichenden Archäologie, band 19, 1999, Mainz, p. 233-257.

Bibliographie :

Skounti A. & Nami M. Une inscription rupestre libyco-berbère peinte d’Ifran n’Taska. Revue Sahara, 12/2000, p. 174-176.

Accès :

Référence : Parcours G9 du guide Pistes du Maroc, tome 2, année 2007. 

Feuilles NH-30-VI-3 (Tagounite), XIII-1 (Zaouïa Sidi Abd en Nebi) & NH-29-XVIII-2 (Al Gloa)

Km 0. 29°49,67’N - 05°43,70’W. Sortie de Mhamid 
Km 17. 29°57,82’N - 05°44,51’W. Puits de Moumrad. 
Km 26. 30°02,29’N - 05°45,05’W. Jonction par la gauche avec le parcours G8. Cap Nord. 
Km 29,1. 30°03,58’N - 05°44,05’W. Quitter parcours G8. Cap Ouest. 
Km 35,7. 30°04,39’N - 05°47,65’W. Début de la région de Tafraout n’Aït Isfoul, fraction des Aït Atta du Sud. Fermes, puits, jardins et champs de céréales; 
Km 65,9. 30°08,92’N - 06°04,42’W. Cimetière islamique au bord de l’oued Feïja. 
Km 91. 30°02,59’N - 06°14,28’W. Prendre une piste à gauche qui circule sur la rive droite de l’oued Elmhassere, cap Sud. 
Km 95,3. 30°01,85’N - 06°15,88’W. Campements. Suivre par la gauche. 
Km 102,6. 30°02,44’N - 06°19,94’W. Cimetière au bord de l’oued. Suivre les traces qui contournent la montagne par le Nord. 
Km 104. 30°02,90’N - 06°20,65’W. Fin de la piste dans le cirque d’Ifran n’Taska. Parking.

Un kilomètre de randonnée pour rejoindre les puits, la guelta asséchée, et les abri sous-roches recelant les peintures rupestres et servant d’azib, depuis des siècles, voire plus. 
30°02, 605’N - 06°20,644’W. A 600 mètres, Tanout n’Roumi, puits du Roumi, eau à 3 mètres. 
30°02,495’N - 06°20,609’W. Environ 400 mètres plus loin, début des abris sous-roches d’Ifran n’Taska. 
30°02,474’N - 06°20,595’W. Petit abri voisin avec quelques peintures. 
30°02,467’N - 06°20,586’W. A 20 mètres, sous un immense rocher calé sur le sol de pierre, plusieurs abris à peinture. Frise au ras du sol, où sont visibles, un mouflon et probablement un cheval. 
Devant, au pied d’un autre gros rocher, guelta asséchée et puits, qui est en fait un trou creusé dans la guelta et dont on a empierré les bords. Eau croupie à 2 mètres.

carte-ifran-ntaska

 

Contacter Jacques Gandini

Vous pensez avoir découvert des traces de dinosaures, des peintures rupestres, des tumuli sortant de l'ordinaire ?
Vous voulez collaborer à notre site internet ?
Vous avez une suggestion, une information à communiquer ?

© 2008-2016 by Jacques Gandini

Tous droits réservés. Si vous désirez reproduire nos textes ou nos photos, ayez l’amabilité de bien vouloir nous en demander l’autorisation. Dans tous les cas vous aurez obligation d’en indiquer l’origine.

Conception, réalisation, maintenance : Serre Éditeur, 23 rue de Roquebillière - F06359 Nice Cedex 4 (France)